Procès Aminata Lô Dieng : Ces accusations rejetées par l’ancienne ministre

Aminata Lo Dieng a fait face au juge, ce mercredi 3 février 2021. Elle est poursuivie pour violation des règles du couvre-feu, usurpation de titre et outrage à agent de la Fonction publique. 
 
Parmi les faits qui lui sont reprochés, elle ne reconnaît que la poursuite pour violation des règles du couvre-feu. Elle avoue avoir été interpellée devant la gendarmerie de Ouakam à 21 h 15. L’ancienne ministre dit être sortie pour « chercher à manger » pour son unique fils.
 
Concernant le fait d’usurpation de titre, elle affirme ne pas être au courant de la présence du macaron du Ministère de la Justice. « La voiture que je conduisais m’a été donnée par un avocat » argue-t-elle.
 
Concernant l’accusation d’outrage à un agent de la Fonction publique, Aminata Lô Dieng affirme que c’est plutôt elle qui a été la victime dans cette situation. « Ils m’ont tordu la main lorsque je voulais appeler mon avocat au moment de mon arrestation», soutient-elle. 
 
Revenant sur les faits, elle reconnaît s’être énervée mais dit n’avoir pas proféré de propos injurieux. «Durant toute la nuit, jusqu’à ma libération, on était dans une ambiance conviviale », raconte l’ancienne ministre. C’est le lendemain, selon toujours ses dires, qu’elle a reçu un appel, vers 17h, lui demandant de se rendre à la gendarmerie pour signer un procès-verbal. Faute de temps libre, elle s’y est rendue vers 19h et c’est à ce moment que le commandant lui a notifié sa garde à vue.
 
Il ressort des discussions que ce n’est pas la première fois que la dame sort à pareille heure pour urgence médicale. Et à la question du procureur de savoir pourquoi elle n’a pas cherché de laissez-passer, Aminata Lô répond que le ministre de l’Intérieur a rejeté sa demande.
 
 La position des avocats
 
Durant leurs plaidoiries, les avocats de l’ancienne ministre ont, dans leur ensemble à l’exception de Maître Ciré Clédor Ly, plaidé pour une clémence à l’endroit d’Aminata Lo et de son frère.
 
Prenant la parole, Maître Demba Ciré Bathily a avancé que le délit d’usurpation ne tient pas la route parce que « le macaron du Ministère de la Justice n’existe pas puisque n’étant pas institutionnel et passe inaperçu». Par ailleurs, selon eux, leur cliente ne s’est jamais prévalue du titre de fonctionnaire de la justice.
 
Par la suite, Me Ciré Clédor Ly est revenu sur le ‘’non-sens’’ de l’accusation pourtant sur la violation du couvre-feu. D’après lui, il s’agit ici, d’un état de nécessité qui, selon la loi, est un fait justificatif et permet d’enfreindre la loi. Ceci, sans compter l’argument de la tolérance jusqu’à 21h30.
 
En passant, les avocats ont trouvé dommage que la gendarmerie se mette à enregistrer et filmer leur cliente sans son consentement. En somme, ils ont plaidé pour une liberté provisoire, à défaut d’une relaxe pure et simple parce que, selon eux, si Aminata Lo n’était pas ministre, cette affaire n’aurait pas eu une telle ampleur.
50 Views
Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*