Assane Diouf retrouve liberté mais…

Le juge correctionnel a reconnu coupable Assane Diouf des faits d’injures publiques par le biais d’un système informatique, de diffusion de fausses nouvelles et d’outrage à agents dans l’exercice de leurs fonctions. Pour cela, il l’a condamné à 2 ans dont 9 mois assortis de probation de prison. Une décision qui a été accompagnée de «graves» restrictions. « L’insulteur public numéro 1 » va sortir en prison le 28 février prochain.

?Même s’il a prononcé une peine qui couvre presque la durée de la détention préventive, le tribunal correctionnel de Dakar n’a pas été indulgent à l’encontre de «l’insulteur public n°1». Le juge a servi une note salée à Assane Diouf : 2 ans de prison dont 9 mois assortis de probation. Ceci pour injures publiques par le biais d’un système informatique, diffusion de fausses nouvelles et outrage à agents dans l’exercice de leurs fonctions. Avant de le relaxer pour les autres chefs de prévention comme injures d’un ministère du culte.  De plus, le coupable est interdit de plateaux télévisés, de débats publics et de s’afficher sur les réseaux sociaux pour une durée de 3 ans. Un suivi psychiatrique a été également retenu contre Assane Diouf.

LIRE LA SUITE