vidéo: Les handicapés demandent l’application de la loi d’orientation sociale

En assemblée générale, les membres de l’Union nationale des aveugles du Sénégal ont exprimé leur colère contre certaines autorités du gouvernement. Selon leur secrétaire général, ils sont victimes d’un manque de considération. Ils en appellent alors au Chef de l’Etat, pour l’insertion de leurs fils diplômés dans la fonction publique. Pendant ce temps, la fédération des personnes vivants avec un handicap (Fpvh), sollicite l’application de la loi d’orientation sociale.

L’union nationale des aveugles du Sénégal est formelle. Elle veut que les fils diplômés de ses membres soient insérés dans la fonction publique et que ceux qui n’en ont pas  soient formés. C’est du moins, l’avis de leur secrétaire général Cheikh Matar Diop. «Je pense que, concernant la Couverture maladie universelle, c’est une mauvaise politique pour les handicapés, car, ils ont pris en compte les handicapés mais pas leurs fils. Ce qui est anormal. Concernant le recrutement, ils doivent le faire pour nos frères et fils, parce qu’ils sont des diplômés et que leurs parents ont quémandés, payés leurs études. Il y a des journalistes parmi nous, des bacheliers, des maîtrisards qui chôment. Ce qui est vraiment aberrant. Aujourd’hui, le président de la République fait bien les choses et a même décrété cette année, comme étant une année sociale, mais c’est son entourage qui n’est pas bon et qui bloque tous son travail. Je
vous rappel que notre association ne bénéficie d’aucune subvention. Je pense que les autorités qui travaillent pour le Chef de l’Etat doivent vraiment nous accompagner. On doit insérer les handicapés diplômés et formés ceux qui sont sans diplôme. Nous demandons au Président Macky Sall de nous aider dans ce sens et de contrôler derrière», a plaidé Cheikh Matar Diop, le secrétaire générale de l’Union national des aveugles du Sénégal (Unas).


Et selon, Yatma Fall, le Président de la fédération des personnes vivants avec un handicap, on doit aujourd’hui appliquer la loi d’orientation sociale. «Aujourd’hui, nous butons sur un problème d’application de la loi d’orientation sociale. S’il est vrai que le décret relatif à la carte d’égalité des chances a été signé et mis en œuvre et que même la promesse du gouvernement
de produire 50 000 cartes a été respectée, il reste que la totalité des services qui sont censés être portés par la carte ne le sont pas encore. Et nous continuerons à faire le plaidoyer auprès des autorités pour que l’ensemble des services qui sont concernés par la carte soient effectifs», a indiqué M. Fall
Massiré SARR