*

manque d’espace pour l’EPS: L’Ief de Pikine plaide pour des infrastructures sportives

15 vues

Les activités de l’Union des associations
sportives scolaires et universitaires (Uassu) de
Pikine ont pris fin au stade Alassane Djigo. Moment
choisi par les acteurs de l’éducation du dé-
partement de plaider pour la construction
d’infrastructures sportives. Et, le directeur de la
Division des sports et des activités de jeunesse
du ministère de l’éducation estime qu’aujourd’hui
le nombre de licenciés est passé à 166 mille.

Le stade Alassane Djigo de
Pikine a vibré au rythme des
activités de L’Union des associations
sportives scolaires
et universitaires
(Uassu) des élèves venus
des 4 coins du département
de Pikine pour prendre part
aux festivités. La relance de
l’Uassu est devenue une
réalité depuis quelques années
avec le nombre de licenciés
qui est passé du
simple au double.
«Le sport scolaire a été
placé dans le Pse au rang de
priorité par le Chef de l’Etat.
Donc, c’est une commande
publique et les ministères de
l’éducation et des sports sont
entrain de tout faire pour la
relance. Et cette relance on
peut dire que c’est effectif
durant ces 3 dernières années»,
s’est réjouit Chérif
Aidara. Le directeur de la Division
des sports et des activités
de jeunesse du
ministère de l’éducation d’ajouter:
«Nous sommes
passés de 24 mille licenciés
à 82 mille à la deuxième
année et à cette année nous
sommes à 166 mille licenciés.
C’est qui prouve que la
relance est effective. Mais, il
reste encore quelques
poches à combler. Je pense
que le niveau est vraiment
satisfaisant».
De son coté, l’inspecteur de
l’éducation et de la formation
(Ief) de Pikine plaide pour la
construction d’infrastructures
sportives pour les élèves.
«Le manque d’infrastructure
sportive pour les élèves est
un problème réel dont nous
confrontons. La seule infrastructure
dont nous pourrions
bien utiliser, c’est le
stade Alassane djigo de
Pikine. Aujourd’hui, ce stade
est utilisé à d’autres fins. Raison
pour laquelle, nous ne
pouvons pas en disposer
comme nous le voulions.
Nous avons un sérieux problème
d’infrastructure pour les
jeunes au niveau de Pikine.
Dés fois pour faire l’éducation
physique, on est obligé
de chercher des espaces libres»,
se plaigne Ismaila  Diallo.
Massiré SARR(zoom infos)